Laurent Wauquiez s’exprime sur le bilan d’étape professionnel et le tutorat

9 juillet 2009

 

Le 7 juillet, dans le cadre de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, le secrétaire d’Etat chargé de l’emploi Laurent Wauquiez s’est exprimé sur le thème de l’emploi des seniors et notamment sur la création du bilan d’étape professionnelle dont j’ai été à l’origine. Il précise également les intentions du gouvernement concernant le tutorat. Voici son intervention sur ces deux sujets.

Sur le bilan d’étape professionnelle

« Pierre Morange, Jacques Kossowski et Gérard Cherpion, auxquels je tiens à rendre hommage, ainsi que moi-même, avons travaillé sur le sujet dans le cadre du projet de loi sur la formation professionnelle. Trois points ont été améliorés. Le premier permet l’adoption, dans chaque branche, de dispositifs visant à faciliter le tutorat. Le deuxième vise à financer sur l’argent de la formation professionnelle des postes de tuteurs et donc à soulager le poids, en termes de salaire, des seniors qui restent dans l’entreprise. Le troisième et dernier point – qui répond à un souhait de Jacques Kossowski – vise à faire bénéficier chaque senior, qui a passé l’âge de quarante-cinq ans, d’un bilan d’étape professionnelle. On a encore une carrière après quarante-cinq ans ! »

Sur le tutorat

« La France a sacrifié depuis trop longtemps l’emploi des seniors en recourant massivement, au cours des trente dernières années, à un système de préretraites publiques. Cette politique, qui a eu pour résultat un très faible taux d’emploi à la fois des jeunes et des seniors, a montré qu’opposer les générations entre elles n’est pas la voie d’avenir.

C’est pourquoi nous avons souhaité rompre, à la demande du Président de la République et du Premier ministre, avec le dispositif des préretraites publiques pour miser sur une autre voie, celle du tutorat, qui permet à la fois de garder un senior dans l’emploi et d’organiser le transfert des savoir-faire par l’accueil d’un jeune dans l’entreprise. Bouygues a ainsi mené l’opération « casque orange », grâce à laquelle des seniors expérimentés, mais éprouvés par des années de travail, accueillent des jeunes, ce qui facilite l’insertion de ces derniers dans l’entreprise.

Dans le cadre du projet de loi comme de la discussion menée par les partenaires sociaux devant le Président de la République, les syndicats ont souhaité aller encore plus loin en matière de tutorat. Nous les rencontrerons rapidement à cette fin. Alors que le vieux système des préretraites consistait à payer pour mettre les seniors dehors, le système plus intelligent du tutorat consiste à financer leur maintien dans l’entreprise en vue de faciliter l’accueil des jeunes. »


La majorité présidentielle mobilisée pour l’emploi des seniors

12 juin 2009

Assises parlementaires emploi seniors J009 0355Mercredi 10 mai, j’ai invité à l’Assemblée nationale les principaux spécialistes de la question de l’emploi des seniors à participer à un colloque  pour proposer des solutions afin d’améliorer le taux d’emploi des séniors. Plusieurs ministres et personnalités de l’UMP ont collaboré à ces échanges et également proposé des pistes de réflexion : les ministres Brice Hortefeux et Laurent Wauquiez, ainsi que Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP.

Lire la suite »


10 juin : 2èmes assises parlementaire pour défendre l’emploi des seniors

26 mai 2009

 

En présence du ministre du Travail, Brice Hortefeux et du secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, j’animerai les 2èmes Assises sur l’emploi des seniors.

Ce débat intervient à un moment où la situation de l’emploi des seniors se dégrade avec la crise et où le maintien des quinquagénaires en activité s’avère de plus en plus difficile. Loin de s’en tenir à un constat sur lequel chacun s’accorde largement, ce colloque se fixe pour objectif d’étudier trois propositions concrètes : favoriser la réalisation d’un bilan de carrière avant l’âge de 45 ans, développer le tutorat au sein des entreprises et étendre les bonnes pratiques déjà appliquées en France et à l’étranger.

Autour de la table, des membres du gouvernement, des parlementaires, mais également des professeurs d’universités, des représentants syndicaux, des dirigeants d’associations et bien entendu des acteurs du monde économique. Chacun nous fera part des solutions qu’il estime les plus efficaces.

Ces Assises se dérouleront à l’Assemblée Nationale le mercredi 10 juin 2009, à partir de 13h15. Le nombre de places étant malheureusement limité, je vous invite à vous préinscrire sur http://www.agoraeurope.com


Tutorat : la suggestion d’un internaute

20 décembre 2008

 

« Bonjour, Tout d’abord vous dire que ce blog est une très belle idée.

Ensuite vous dire qu’il me semble que lors de votre intéressante intervention à la récente conférence des Echos, un de vos voisins a abordé le sujet du tutorat ? Sans le resteindre au périmètre des seniors tout en les incluant , il a développé une vision allant jusqu’à imaginer que, après l’entreprise, pendant sa retraite, un senior pourrait encore être « moteur » (sic) dans sa région en tutorant sous diverses formes.

Enfin vous dire qu’il a mentionné que ces tuteurs se voyaient délivrer une attestation de compétences, garantie par un parcours spécifique préalable de formation, combinée avec une grande expérience professionnelle du métier pour lequel ils « tutorent ». Cela vaudrait la peine de creuser, n’est-ce pas ?

Bien cordialement. »

kieffer@photogate.eu


Laurent Wauquiez : un jeune secrétaire d’Etat engagé pour l’emploi des seniors

16 décembre 2008

 

Laurent Wauquiez a montré que l’on pouvait être un des benjamins du gouvernement et faire de l’emploi des seniors une de ses priorités. A plusieurs reprises, le secrétaire d’Etat chargé de l’emploi s’est attaqué à des idées reçues tenaces comme celle qui a longtemps consisté à croire que c’est en écartant les seniors du marché du travail qu’on fera de la place aux jeunes. Laurent Wauquiez réfute à raison l’arbitrage absurde « jeunes contre vieux » qui a trop longtemps piloté les politiques de l’emploi. 

L’une des propositions originales défendue par le jeune secrétaire d’Etat est le tutorat en entreprise. Au-delà de la « belle idée » de la transmission des savoirs entre générations, c’est une solution concrète, totalement inexploitée jusqu’ici, qui permettrait de favoriser le maintien des seniors dans l’emploi. Il s’agit aussi d’un système gagnant-gagnant où l’entreprise sauvegarde son savoir-faire et forme ses salariés à moindre coût, tout en valorisant les compétences du tuteur.

Parallèlement, Laurent Wauquiez a lancé avec Xavier Bertrand une opération originale qui consiste à recenser les « bonnes pratiques seniors » auprès de 10 entreprises volontaires. L’approche est innovante car, à l’heure où les entreprises ont l’impression d’être en permanence montrées du doigt, elle fait du secteur privé non seulement un partenaire mais un référent pour la réforme.

A travers ce blog, je vous rendrai évidemment compte des propositions et des actions du secrétaire d’Etat pour l’empoi concernant les seniors.


Votre entreprise est-elle « GPEC » ?

8 août 2008
 

Depuis 2005, les entreprises de plus de 300 salariés doivent engager tous les trois ans une négociation sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Pour les entreprises, ces « GPEC » visent un double objectif :

– adapter les effectifs par métier en fonction de l’évolution du marché ;

– renforcer les compétences des salariés pour leur permettre d’évoluer dans leur fonction ou de changer de poste.

Il faut noter que les GPEC développent, par définition, une réflexion importante sur la place des séniors dans l’entreprise.

Bien sûr, en anticipant les départs à la retraite qui, on le sait, vont être particulièrement nombreux dans les prochaines années. Mais aussi en préparant les salariés à l’allongement de la vie active. 

Outre le recours à la formation, à la VAE (Validation des acquis d’expérience), au bilan de compétences ou à l’accompagnement de la mobilité professionnelle et géographique, certaines actions s’adressent plus particulièrement aux seniors comme les aménagement de fin de carrière ou le tutorat.

Pour les seniors, les GPEC sont donc un outil important. Tout du moins au sein des grandes entreprises (encore une fois serait-on malheureusement tenté de dire !) car l’obligation de négocier (et non pas de conclure) un GPEC ne concerne que les sociétés de plus de 300 salariés.

Toutefois – et c’est une bonne nouvelle – un sondage effectué récemment par la CCIP montre que 63% des entreprises moins de 300 salariés prévoient de mettre en place cette gestion prévisionnelle.

 

Pour en savoir plus

– sur ce les GPEC en général, on pourra consulter, enrichir ou corriger la définition qu’en donne wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/GPEC

– sur le sondage réalisé par la CCIP : http://www.lesechos.fr/

– sur la démarche GPEC en ressources humaines, je renvoie à l’excellent travail d’une étudiante de l’université de Bordeaux II  : http://www.cerclerh.com/editorial/lagpec1102.asp