Evaluation de l’entretien professionnel de seconde partie de carrière

19 juillet 2013

En novembre 2009, dans le cadre de la loi relative à la formation professionnelle, j’avais fait adopter un amendement visant à rendre obligatoire un entretien professionnel pour les salariés âgés de 45 ans dans les entreprises et les groupes employant au moins 50 salariés.

Cette rencontre doit permettre au salarié de faire le point avec son responsable hiérarchique sur ses compétences, ses besoins de formation, sa situation et son évolution professionnelle.

Evaluation de l'entretien professionnel de seconde carrière.doc

L’entretien de seconde partie de carrière doit notamment comporter une information précise sur les dispositifs et formations auxquels ont droit cette catégorie de salariés.

L’objectif est de sécuriser la carrière et l’employabilité des futurs seniors.

Aussi, je viens de saisir le Ministre du Travail, Michel Sapin, afin qu’il demande à ses services de procéder à une évaluation du dispositif – ce qui devrait être une obligation pour chaque nouvelle loi.

En effet, est-il bien appliqué par toutes les entreprises concernées? Fonctionne-t-il de manière satisfaisante dans la pratique? Avec le recul, est-il déjà possible de constater une meilleure employabilité des salariés de plus de 45 ans? Ces derniers sont-ils satisfaits du dispositif? Ou encore, d’éventuelles améliorations sont-elles envisagées par son Ministère?

Dans le même esprit, je compte à la rentrée interroger des entreprises situées dans le quartier de La Défense afin d’avoir leur sentiment sur la réalisation et l’apport de cet entretien professionnel. 

Question 33447 publiée au JO le 23/07/2013

L’Assemblée nationale adopte ma proposition de bilan de carrière

17 juillet 2009

 

Lors de la discussion du projet de loi sur l’orientation et la formation professionnelle tout au long de la vie, l’Assemblée nationale a adopté le 16 juillet la mesure que je défends sur ce blog et ailleurs depuis plusieurs mois : l’obligation pour les entreprises de proposer à leurs salariés, dans l’année qui suit leur 45ème anniversaire, de leurs droits en matière d’accès à un bilan d’étape professionnel, un bilan de compétence ou à une action de professionnalisation. Voici l’intervention de Laurent Wauquiez sur ce sujet dans l’hémicycle.

Laurent Wauquiez : « J’aimerais tout d’abord saluer le travail accompli par Jacques Kossowski qui s’investit de façon constante en faveur du travail des seniors depuis maintenant une dizaine d’années. Il est parvenu à susciter une mobilisation de tous les acteurs sur ce sujet, qui constitue un véritable scandale dans notre pays, crise ou pas.

Cela se traduit de façon très matérielle dans l’accès à la formation : quand un salarié passe le cap des cinquante ans, ses chances d’accéder à une formation sont diminuées par deux. Si l’on veut modifier cette situation, il faut obliger les entreprises et les employeurs à prendre conscience du fait que lorsqu’on franchit la barre des quarante-cinq ans ou des cinquante ans, on n’a pas sa carrière professionnelle derrière soi : il en reste une grande partie devant soi – encore dix à quinze ans – qu’il faut préparer et gérer. Cette disposition, qui peut paraître mineure, constitue un apport décisif qui contribuera à faire prendre conscience de cette réalité.

Je suis heureux que ce projet de loi ait permis à Jacques Kossowski d’intégrer cette mesure, comme j’en avais pris l’engagement auprès de lui. Cet article est l’aboutissement d’un travail parlementaire constant et je mesure ce que cela peut représenter pour lui. Gageons que ces quelques lignes auront un fort effet de levier sur l’emploi des seniors ».


Laurent Wauquiez s’exprime sur le bilan d’étape professionnel et le tutorat

9 juillet 2009

 

Le 7 juillet, dans le cadre de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, le secrétaire d’Etat chargé de l’emploi Laurent Wauquiez s’est exprimé sur le thème de l’emploi des seniors et notamment sur la création du bilan d’étape professionnelle dont j’ai été à l’origine. Il précise également les intentions du gouvernement concernant le tutorat. Voici son intervention sur ces deux sujets.

Sur le bilan d’étape professionnelle

« Pierre Morange, Jacques Kossowski et Gérard Cherpion, auxquels je tiens à rendre hommage, ainsi que moi-même, avons travaillé sur le sujet dans le cadre du projet de loi sur la formation professionnelle. Trois points ont été améliorés. Le premier permet l’adoption, dans chaque branche, de dispositifs visant à faciliter le tutorat. Le deuxième vise à financer sur l’argent de la formation professionnelle des postes de tuteurs et donc à soulager le poids, en termes de salaire, des seniors qui restent dans l’entreprise. Le troisième et dernier point – qui répond à un souhait de Jacques Kossowski – vise à faire bénéficier chaque senior, qui a passé l’âge de quarante-cinq ans, d’un bilan d’étape professionnelle. On a encore une carrière après quarante-cinq ans ! »

Sur le tutorat

« La France a sacrifié depuis trop longtemps l’emploi des seniors en recourant massivement, au cours des trente dernières années, à un système de préretraites publiques. Cette politique, qui a eu pour résultat un très faible taux d’emploi à la fois des jeunes et des seniors, a montré qu’opposer les générations entre elles n’est pas la voie d’avenir.

C’est pourquoi nous avons souhaité rompre, à la demande du Président de la République et du Premier ministre, avec le dispositif des préretraites publiques pour miser sur une autre voie, celle du tutorat, qui permet à la fois de garder un senior dans l’emploi et d’organiser le transfert des savoir-faire par l’accueil d’un jeune dans l’entreprise. Bouygues a ainsi mené l’opération « casque orange », grâce à laquelle des seniors expérimentés, mais éprouvés par des années de travail, accueillent des jeunes, ce qui facilite l’insertion de ces derniers dans l’entreprise.

Dans le cadre du projet de loi comme de la discussion menée par les partenaires sociaux devant le Président de la République, les syndicats ont souhaité aller encore plus loin en matière de tutorat. Nous les rencontrerons rapidement à cette fin. Alors que le vieux système des préretraites consistait à payer pour mettre les seniors dehors, le système plus intelligent du tutorat consiste à financer leur maintien dans l’entreprise en vue de faciliter l’accueil des jeunes. »


Le bilan de carrière adopté par la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale

9 juillet 2009

 

Le 1er juillet dernier, j’ai eu l’occasion de défendre devant la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale mon amendement visant à instaurer l’obligation pour les entreprises de proposer un bilan de compétences aux salariés de 45 ans. La Commission a adopté cet amendement, avec le soutien du gouvernement exprimé par Laurent Wauquiez. Voici un extrait du compte-rendu des débats en commission.

 « Jacques Kossowski.  Trop de salariés subissent des réorientations qu’ils n’ont pas choisies, alors qu’un bilan de compétences aurait permis d’anticiper un changement de carrière. Il conviendrait que les salariés, dans l’année qui suit leur quarante-cinquième année, soient obligatoirement informés de leurs droits en matière d’accès à un bilan d’étape professionnel, un bilan de compétence ou à une action de professionnalisation. C’est en préparant la seconde partie de carrière, que nous lutterons plus efficacement contre le chômage des seniors. 

Gérard Cherpion, rapporteur. Avis favorable à cet amendement, dont l’auteur est un expert.

Laurent Wauquiez. Je veux rendre hommage au travail de Jacques Kossowski. Il rejoint celui accompli par Nicole Notat, présidente de Vigeo, qui m’a récemment remis un recueil de bonnes pratiques en faveur de l’emploi des seniors. Il faut savoir que les chances d’accès à une formation sont divisées par deux au-delà de l’âge de cinquante ans. Or, la seconde partie de la vie professionnelle peut recouvrir, en quinze ans, deux à trois métiers successifs. C’est un excellent amendement, auquel il conviendrait néanmoins d’apporter une correction matérielle : il convient de viser le deuxième alinéa et non le troisième alinéa de l’article L. 6321-1 du code du travail. Lire la suite »


Revue de presse : Le Point parle de nos propositions

6 juillet 2009

 

Dans son numéro du 25 juin dernier, l’hebdomadaire Le Point consacre un vaste dossier à l’emploi des seniors où sont évoquées les propositions que je développe dans ce blog.  

Le premier article « Seniors : un bilan avant 45 ans » décrit ma proposition de bilan de carrière.

Extrait : « La mesure, défendue par le député UMP Jacques Kossowski, a obtenu le soutien du gouvernement et sera intégrée via un amendement dans la future loi sur la formation professionnelle. Cette nouvelle obligation viendra s’ajouter à la pénalité, équivalant à 1 % de la masse salariale, applicable aux entreprises n’ayant pas mis en oeuvre un plan d’action pour l’emploi des seniors d’ici à la fin de l’année. »

Pour lire l’intégralité de l’article : http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-06-18/seniors-un-bilan-avant-45-ans/916/0/353689

Le deuxième article du dossier du Point est intitulé « Seniors : le gouvernement ne veut pas encourager les pré-retraites ». Il rend compte des positions exprimées par  Brice Hortefeux et Xavier Bertrand lors des Assises parlementaires sur l’emploi des seniors que j’ai organisées à l’Assemblée nationale le 10 juin dernier.

Extrait : « Il est de notre responsabilité de préparer l’après-crise (…) Nous ne devons naturellement encourager ni les préretraites ni les départs anticipés », a affirmé M. Hortefeux, en clôturant une rencontre sur l’emploi des seniors à l’Assemblée nationale, organisée par le député-maire UMP de Courbevoie Jacques Kossowski. En ouvrant cette même rencontre, le secrétaire d’Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez avait affirmé avoir « dû se battre pour convaincre qu’il ne faut pas réenclencher la machine à préretraites ». »

Pour lire l’intégralité de l’article : http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-06-10/seniors-le-gouvernement-ne-veut-pas-encourager-les-preretraites/920/0/351370

Le troisième article du dossier est intitulé « Au boulot les seniors ! ».

Extrait : « Première priorité, changer les mentalités. « Il faut quitter cette culture de la retraite précoce. On ne peut plus dire : à 55 ou 60 ans, c’est fini ! Pourquoi laisser au bord de la route toute cette richesse intellectuelle ? Il faut tout essayer », plaide le député UMP Jacques Kossowski, auteur d’un récent rapport sur la vie professionnelle après 45 ans. Alors, depuis janvier 2009, le gouvernement a fait sauter les verrous du cumul emploi-retraite, et pénalisé le licenciement des plus de 55 ans. Le tout nouveau statut d’auto-entrepreneur peut aussi permettre aux retraités de créer leur propre affaire . « Il faut faire comprendre au salarié qu’il devra travailler plus tard, et lui montrer qu’il va y gagner », annonce Kossowki ».

Pour lire l’intégralité de l’article : http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-06-25/au-boulot-les-seniors/920/0/355790


La majorité présidentielle mobilisée pour l’emploi des seniors

12 juin 2009

Assises parlementaires emploi seniors J009 0355Mercredi 10 mai, j’ai invité à l’Assemblée nationale les principaux spécialistes de la question de l’emploi des seniors à participer à un colloque  pour proposer des solutions afin d’améliorer le taux d’emploi des séniors. Plusieurs ministres et personnalités de l’UMP ont collaboré à ces échanges et également proposé des pistes de réflexion : les ministres Brice Hortefeux et Laurent Wauquiez, ainsi que Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP.

Lire la suite »


10 juin : 2èmes assises parlementaire pour défendre l’emploi des seniors

26 mai 2009

 

En présence du ministre du Travail, Brice Hortefeux et du secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, j’animerai les 2èmes Assises sur l’emploi des seniors.

Ce débat intervient à un moment où la situation de l’emploi des seniors se dégrade avec la crise et où le maintien des quinquagénaires en activité s’avère de plus en plus difficile. Loin de s’en tenir à un constat sur lequel chacun s’accorde largement, ce colloque se fixe pour objectif d’étudier trois propositions concrètes : favoriser la réalisation d’un bilan de carrière avant l’âge de 45 ans, développer le tutorat au sein des entreprises et étendre les bonnes pratiques déjà appliquées en France et à l’étranger.

Autour de la table, des membres du gouvernement, des parlementaires, mais également des professeurs d’universités, des représentants syndicaux, des dirigeants d’associations et bien entendu des acteurs du monde économique. Chacun nous fera part des solutions qu’il estime les plus efficaces.

Ces Assises se dérouleront à l’Assemblée Nationale le mercredi 10 juin 2009, à partir de 13h15. Le nombre de places étant malheureusement limité, je vous invite à vous préinscrire sur http://www.agoraeurope.com