1ère journée nationale de l’emploi des seniors : présentation par Jacques Kosssowski

 

Mesdames, Messieurs les Parlementaires,

Mesdames, Messieurs,

Tout d’abord, je vous souhaite la bienvenue à l’Assemblée nationale et vous adresse mes plus chaleureux remerciements pour votre participation à cette première Journée Nationale pour l’Emploi des Seniors. Que soit aussi vivement remercié les personnes qui vont intervenir lors de notre table-ronde de ce matin. Leur revient la lourde tâche d’inaugurer cette manifestation qui a vocation à devenir annuelle.  

Depuis maintenant longtemps années germait en moi l’idée d’organiser un événement fédérateur mettant en avant tout particulièrement la question de l’employabilité des seniors dans notre Pays. Il m’a semblé que l’idée d’organiser chaque année une journée sur le modèle de ce qui existe pour les femmes, pour la solidarité, me paraissait pertinente. Pertinente car je crois que l’âge est devenu un critère d’exclusion au sein du monde du travail.  

A ce sujet, les esprits dans notre société demeurent marqués par certaines idées-reçues. Passé 50 ans, on est trop vieux pour changer de métier, trop vieux pour être formé, trop vieux pour être recruté, trop vieux pour changer de service, trop vieux pour rester en entreprise. Ce cortège d’a priori génère chez les personnes concernées un sentiment d’inutilité économique et sociale.

Dans notre monde du travail, on devient vieux de plus en plus jeune…. Ce constat terrifiant je l’avais fait lorsque j’avais rédigé mon rapport sur le thème de « quel avenir professionnel pour les plus de quarante-cinq ans ? ». Et pourtant, comme je le souligne souvent, nous sommes à un point de rupture : en 2050, plus d’un tiers de la population aura plus de 60 ans. Pour préserver le régime actuel de retraite, il faudrait multiplier par 1.5 le montant cotisations actuelles. Il est donc inévitable de travailler plus longtemps, constat que le Gouvernement a transcrit dans sa réforme des retraites.

Mais comment y parvenir s’il n’existe aucune perspective d’emploi pour les seniors ? Il faut sortir de ce cercle infernal en faisant bouger les lignes. Bouger les lignes signifie faire évoluer les mentalités. La journée nationale de l’emploi des seniors doit en être l’un des catalyseurs. Pour évaluer sur le long terme ce changement de mentalités, j’ai souhaité que soit créé un baromètre permanent.

Aussi, l’ANJES a-t-elle commandité une étude auprès d’un échantillon représentatif de salariés français portant sur les perceptions, les attentes de ceux-ci et les solutions à mettre en œuvre pour anticiper les difficultés liées à la seconde partie de carrière. Chaque année, il nous sera ainsi possible de mesurer l’évolution de la situation. J’aurai toute à l’heure l’occasion de vous livrer les enseignements que je tire de cette première étude. Vous le constaterez, il y a des éléments préoccupants mais aussi des motifs d’espoir.  L’espoir est essentiel car je ne souhaite pas que de notre débat ressorte un message défaitiste et compassionnel. La situation est certes très difficile mais il y a des clés pour s’en sortir.

Pour conclure cette courte introduction, je vous encourage à avoir une vraie liberté de ton. C’est important pour l’intérêt de notre débat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s