« Génération sacrifiée »

 

Constats après deux années de mobilisation :

L’une des priorités du président Sarkozy était d’en finir avec le « gâchis que représente pour la France la mise à l’écart des travailleurs dès 50 ans », dans son discours du 6 mai 2008 au Forum des Angles (Gard)

Expression reprise par Xavier Bertrand quelque jours plus tard : « L’emploi des seniors, que vous abordez presque tous, est l’un des enjeux essentiels du rendez-vous 2008 sur les retraites. Vous avez raison : la France est la lanterne rouge de l’Europe en matière d’emploi des seniors. C’est un gâchis humain, un gâchis social et un gâchis économique. C’est la raison pour laquelle l’allongement de la durée de cotisation devra aller de pair avec des progrès significatifs sur l’emploi des seniors. Je tiens à le souligner : ce n’est pas l’un ou l’autre, c’est l’un et l’autre. »

1. Les 2/3 de la classe d’âge des 50 ans et plus ne participent pas au BIP alors qu’ils ont l’expérience, cette valeur essentielle pour faire face à la crise, de ce fait ne cotisent plus et filent direct vers une retraite rabotée …..

2. La volonté de la Commission de Bruxelles et le projet « Senior Compétence », financé par le FSE, pour atteindre l’objectif du taux de 50 % d’utilisation de seniors dans les états membres ? Résultat rien : le cas hexagonal reste le plus mauvais d’Europe à 38 % contre 70 % en Finlande !

1. L’un des chantiers phares du gouvernement Fillon ? Résultat rien …. Si : une « boite à idées » ! ! On pourrait en rire si ce n’était affligeant et révoltant …. La crise a bon dos.

Mais à qui le crime profite il ? On dirait une logique cyniquement comptable qui laisse les 50 et plus aller lentement à une retraite amputée et misérable … les caisses vont s’y retrouver ? Sans doute ! Pas d’autre explication ….

Votre projet, cher Jacques Kossowski, de bilan de carrière obligatoire à 45 ans, c’est bien … OPCALIA et son site Fifti pour optimiser la seconde partie de carrière, c’est bien … mais ce sont juste des mesures pour essayer de maintenir les 45 et plus dans l’entreprise …

Et tous ceux qui en sont sorti, poussés par une culture jeuniste, hexagonale, héritée des lois de 1982, pour eux : rien ! Condamnés, sacrifiés …. Bel exemple pour les jeunes ….

Génération senior, génération sacrifiée … mais au nom de quoi ? Et les 35/40 ans vont eux aussi aller à la casse demain, comme nous aujourd’hui, si on ne fait rien !

Que faire ? Demander à Sarkozy de tenir ses engagements, ses promesses de campagnes, comme il l’a fait pour le bouclier fiscal, interpeler la Commission de Bruxelles ? …

Bien à vous,

François de La Brosse

2 commentaires pour « Génération sacrifiée »

  1. Dominique dit :

    Même parcours ici, expérience éclectique, formations multiples, avec en sus un séjour prolongé à l’étranger qui m’empêche de réintégrer la France, car trop agée, expérience inadaptée aux besoins des entreprises françaises, auxquelles pourtant cette expérience ne pourrait que profiter et avec de surcroit une formation étrangère, ce qui est une aberration pour une entreprise française..

    Pourtant, il y a eu des générations où les gens travaillaient si longtemps qu’il a fallu légiférer l’âge du départ en retraite. Mais me serais-je mépris, était-ce pour le bien-être des septuagénaires ou pour faire de la place aux générations futures ?

    Alors, mon verdict, les entreprises et la société auraient-elles adopté un comportement criminel en refusant du travail aux seniors et juniors ?

    Peut-être faudrait-il commencer à aborder le vrai problème de fond de l’entreprise ?

    Pourquoi les entreprises sont-elles si méfiantes ? Pourquoi n’embauchent-elles pas ? Pourquoi sont-elles soumises à des charges sociales si élevées (presque égales au salaire versé à l’employé !) ? Pourquoi l’état est-il devenu le gestionnaire de l’entreprise et bientôt de nos vie ?

    Peut-être devrait-on penser à libéraliser tout ça un jour, à instaurer un système flexible et dynamique capable de réagir rapidement aux changements économiques ? Système de reconversion, de formation, travailleurs indépendants, sponsorisations, flexibilité de l’embauche (à double-tranchant car ça marche dans les deux sens, mais ça marche) etc…

    Comment se fait-il que, de nos jours, les jeunes français préfèrent être fonctionnaires ? Alors que bon nombre d’entre eux ont des tas d’idées et de rêves qu’ils ne réaliseront jamais car c’est trop compliqué, celà demande trop de moyens et les soit-disant projets professionnels sont souvent découragés, voire avortés, par des procédures complexes, lentes, coûteuses et éreintantes.

    Pourquoi les formations ne sont-elles accessibles qu’à une petit nombre ?
    Pourquoi pénalise t-on les reconversions professionnelles, par ailleurs si difficiles à effectuer?

    Pourquoi les formations personnelles et professionnelles ne sont-elles pas accessibles à tous, en cours du soir, en ligne, en entreprise, en centre, etc; sans discrimination d’âge, ou d’éducation pour certaines ?

    Enfin pourquoi tolérer ce rejet de tel ou tel type de personne à une époque où on parle de polically correctness, qui a d’ailleurs fait plus de mal que de bien, d’égalité des chances et de respect de la personne ?

    Tout ça n’est que du bon sens, la question ne devrait même pas se poser, j’ai un poste à offrir dans mon entreprise, je choisis une personne en fonction de son lieu d’habitation, de sa personalité, de son expérience, de son adaptabilité. Point, terminé, l’âge, la couleur, la religion, n’a rien à y voir.

    Mais voilà, les nouvelles structures de l’entreprise sont aussi basées sur le quand dira-t-on, le middle management, le se faire bien voir, les décisions partagées, encore une trouvaille !

    Il y a beaucoup de choses à aborder, mais à mon avis la plus urgente est la mentalité des gens, car chacun aura un jour 45 ans et nous ne sommes pas si loins de tous ces champions qui finissent leur carrière à 40 ans pour en recommencer une autre. Comment changer la mentalité des entrepreneurs qui refusent leur responsabilité d’acteur social (on vire un vieux pour un jeune qui n’en fera souvent pas plus, mais moins cher pour l’entreprise certes, pas pour la société, où est le gain ???), et surtout celle des recruteurs, qui sont les principaux acteurs du marché de l’emploi. En effet, il ne risqueront pas un CV par peur de perdre leur contrat, ne s’aventureront pas à développer une argumentation pour placer un senior de peur de se faire mal voir du client. Pourtant, il me semble que s’ils avaient des quotas à remplir, tant de pourcentage de seniors, tant de juniors, etc., je suis intimement persuadée qu’ils se débrouilleraient pour les placer, car après tout ce sont des vendeurs avant tout, le côté ressources humaines leur importe peu la plupart du temps.

    Le couple senior-junior est à mon avis très judicieux, l’un a l’expérience du monde du travail, l’autre une formation récente, c’est une équipe gagnante à tous les coups. Et il n’y a pas si longtemps encore, c’est ainsi que fonctionnaient les entreprises auparavant.

    Merci pour cet espace d’expression, ça ne résoud pas le problème des seniors, mais nous devons continuer à nous battre pour trouver une solution, et ce, si possible avant l’âge de la retraite…

  2. Résolue !!! dit :

    Vous avez parfaitement raison : notre beau pays est encore une fois la lanterne rouge de l’Europe avec le taux le plus faible d’emploi des séniors. Mieux : c’est toute la conception du travail dans l’entreprise qui est en jeu : l’entreprise n’est « accueillante » globalement entre 25 et 45 ans ; ce n’est même plus une « fenêtre », c’est une « meurtrière ». Une fois passée cette digression médiévale, j’en viens à mon cas personnel: jeune quinquagénaire, je suis également mère célibataire de quatre enfants, de 29 à 18 ans. Mes deux aînés ont un emploi qui flirte avec le smic, alors qu’ils sont plutôt dynamiques et entreprenants ; les deux plus jeunes sont étudiants et même pour trouver des petits jobs, ils ont du mal. Moi c’est génial : à 52 ans, après un parcours éclectique où j’ai pratiqué le grand écart(multinationales américaines et TPE françaises), depuis l’âge fatidique de 45 ans, j’ai du créer mon emploi en statut libéral avec alternance de périodes « fastes » (je ne suis pas manchote) et moins fastes, voire désastreuses. Le désastre : c’est le cas depuis 2008 et je me suis mise à rechercher systématiquement des CDD dans toutes les activités où je peux valoriser mon expérience éclectique. Bien sûr vous allez me croire : sur 300 candidatures depuis le début de l’année (l’URSSAF ne m’ayant pas accordé le statut d’autoentrepreneur parce que j’avais encore un statut (sans activité)libéral en 2008 !!!) je n’ai eu que cinq vraies réponses, négatives cela va sans dire. Alors que faire : tricher sur son CV ? ne pas faire démarrer mon exercice professionnel dans les années 80 ce qui laisse à deviner mon âge canonique de 52 ans? Ce qui fait que je ne peux même pas arrêter mon statut libéral car je me retrouverais dans un « no man’s land » vis à vis de la sécurité sociale (globalement je n’ai droit à rien du tout…). Comment aider mes enfants ? Je trouve cette configuration française particulièrement EXPLOSIVE et ne vois pas beaucoup de mesures concrètes susceptible d’inverser cette tendance délétère. Les mesures concrètes pourraient être : la mise en place de binômes junior/senior avec allègement de charges à la clé… Merci d’avoir créé ce site et d’y pratiquer lucidité, absence de langue de bois, pertinence et surtout pistes d’action urgentes pour éviter l’explosion sociale des junior / sénior, par trop malmenés par notre culture de dinosaures !!!!! Bien à vous tous et hauts les coeurs (et non pas hauts le coeur)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s