N’oublions pas la responsabilité des dirigeants d’entreprise !

 

Le texte qui suit m’a été envoyé par M. Philippe Boutoille. Son mérite est de rappeler que la situation d’exclusion économique des seniors n’est pas toujours le fait des Drh mais aussi des dirigeants d’entreprises. M. Boutoille souligne, également avec raison, que le problème des seniors se pose aujourd’hui dès 45 ans. Ce qui rejoint ma proposition d’instaurer un bilan de compétence obligatoire pour tous les salariés dès cet âge.

« Monsieur le Député,

J’ai eu le plaisir de vous rencontrer et converser avec vous lors du rassemblement du 12 juin organisé par le collectif « QuinquasCitoyens » et vous remercie de vous êtes déplacé et d’avoir écouté le mal-être que nous, seniors, pouvons ressentir.

Lors de cet échange, vous ne vouliez pas reconnaître le rôle actif du MEDEF (quand je parle du MEDEF comprenez les dirigeants de beaucoup d’entreprises) dans le recrutement des Seniors avec, pour argument, que la responsabilité revenait à part entière aux DRH toutes puissantes, si j’ai bien compris vos propos (…) Ayant des contacts dans ce domaine, je peux vous assurer que des instructions sont bien données (par les dirigeants), du moins pour le secteur où je travaillais, c’est-à-dire l’industrie pharmaceutique et ce, pour les postes de cadres, où, passé 40/45 ans, la porte est bien fermée aux Seniors et je ne vois pas pourquoi il n’en serait pas de même pour d’autres secteurs.

Je rejoins votre analyse concernant les formations qui ne débouchent sur rien sinon de masquer le nombre réel de chômeurs et cet argent (celui des contribuables) gaspillé, de même que le coût financier pour la collectivité engendré au niveau de la nation (déficit des caisses concernées, absence de recettes fiscales par exemple) sans compter le manque de compétitivité vis à vis des autres pays et pour l’individu, l’impact sur le calcul de sa retraite.

L’emploi des seniors en France était déjà le même en 2005 qu’aujourd’hui sinon que la situation a empiré pour les plus de 55 ans. Il est cependant dommage qu’on ne prenne pas en compte l’emploi de seniors avant 55 ans car la problématique se pose déjà comme vous le savez vers 45ans notamment pour les cadres. Je constate également que lors de votre passage aujourd’hui sur BFM, vous ne parliez que des plus de 55ans, donc je vous demande que doivent faire ceux qui, comme moi, ont entre 45ans et 55ans si l’on ne reconnaît pas la précarité de leur situation de chômeurs senior et que les entreprises ne les recrutent pas, la résonance économique étant un fait important pour cette tranche d’âge (…) »

Philippe Boutoille

L’intégralité de ce courrier peut être consulté dans la rubrique « témoignages »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s